bannieres

Historique du CRIEC

1990-2006

En 1990, les recteurs Claude Corbo et Patrick Kenniff ont élaboré un projet de Chaire conjointe Concordia-UQAM en «relations interculturelles» susceptible de devenir un «Institut d’études interculturelles». Le projet a finalement donné lieu, en 1993, à la mise sur pied de la Chaire Concordia-UQAM en études ethniques (CCUÉE), grâce à une subvention initiale du Patrimoine canadien. La CCUÉE était alors dirigée par la professeure Micheline Labelle (Département de sociologie, UQAM).

Il faut rappeler qu’à l’origine, la CCUÉE, bien que fondée sur une collaboration inter- universitaire et axée sur la réalisation d’activités conjointes, ne devait compter qu’une seule et unique titulaire (Micheline Labelle). Cette dernière a fait état, dans chacun de ses rapports annuels (1993-1996), de l’ensemble des activités menées sous l’égide de la Chaire, que les activités aient été effectuées conjointement ou séparément dans chacun des établissements.

Or, à partir de 1997, sous la direction de Richard Bourhis, à l’exception de quelques activités organisées conjointement au fil des ans, les actions de la CCUÉE ont été marquées par un fonctionnement indépendant. Ainsi donc, la CCUÉE a compté depuis lors deux co-directeurs de section, l’un à Concordia, l’autre à l’UQAM pendant que, depuis 2001, les rapports annuels étaient présentés de manière distincte par les responsables au sein des deux établissements.

Depuis lors, l’idée d’en arriver à une autonomie complète des deux unités a fait son chemin. En fait, les deux universités ont convergé vers l’option de décapitaliser et de diviser le Fonds de la Chaire pour que chaque établissement dispose de nouvelles structures dans le domaine des études ethniques : une unité à Concordia, une nouvelle unité à l’UQAM pouvant être consolidée autour des forces du Centre de recherche sur l’immigration, l’ethnicité et la citoyenneté (CRIEC), qui lui s’est structuré au cours de la décennie 1990 autour de professeurs de diverses universités.

2006-2014

La CCUÉE ayant été créée avant même l’adoption du Cadre de gestion des chaires institutionnelles, son organisation administrative, son mode de fonctionnement et son financement s’éloignaient considérablement des règles et des principes généraux que s’est donnée l’UQAM, en février 2000, en ce qui a trait à la création et à la gestion des chaires et au statut de leur titulaire.

C’est pourquoi, le 2 juin 2006, la professeure Micheline Labelle du Département de sociologie, UQAM et directrice du Centre de recherche sur l’immigration, l’ethnicité et la citoyenneté (CRIEC) a reçu le mandat de diriger la section UQAM de la Chaire Concordia-UQAM en études ethniques et de contribuer à la restructuration de cette unité de recherche de manière à ce qu’elle soit conforme aux normes institutionnelles et aux critères en vigueur à l'UQAM.

Au cours de l’année 2006-2007, un comité scientifique multidisciplinaire provisoire s’est mobilisé autour du Centre de recherche sur l’immigration, l’ethnicité et la citoyenneté (CRIEC) pour travailler à l’élaboration d’une nouvelle structure. Il a proposé à la Faculté des sciences humaines de l’UQAM que cette unité se reconstitue sur la base des acquis du CRIEC. Selon ce scénario, la nouvelle Chaire se donnerait une direction unifiée et profiterait de l’identité du CRIEC existant.

Le CRIEC regroupait déjà un noyau dur de chercheurs réguliers et associés. Il jouissait d’une forte crédibilité au sein de la communauté scientifique et du grand public. Il avait mis sur pied unObservatoire international sur le racisme et les discriminations qui traite d’enjeux stratégiques pour le Québec et constitue toujours un volet de la Chaire. Le CRIEC était déjà un membre régulier de l’Institut d’études internationales de Montréal. Il était également un membre de l’assemblée générale de la Commission canadienne de l’UNESCO, depuis mars 2006.

Le 21 septembre 2007, le Conseil de la Faculté des sciences humaines a appuyé le projet de Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté et a recommandé à la Commission des études de l’UQAM d’approuver le projet ainsi que la nomination de Micheline Labelle à titre de titulaire. Le 27 mai 2008, la Commission des études de l’UQAM a adopté, à l’unanimité, une résolution pour la création de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté et la nomination de Madame Micheline Labelle en tant que titulaire pour un mandat initial de 5 ans. Le 10 juin 2008, le Conseil d’administration de l’UQAM approuvait la création de la Chaire, à l’unanimité.

La Chaire, un membre de l’Institut d’études internationales de Montréal et de la Commission canadienne de l'UNESCO

La CRIEC était membre de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) lequel a été créé en 2002 pour appuyer, renforcer et approfondir les initiatives de recherche, de formation et de mobilisation des connaissances de centres et chaires de recherche œuvrant dans le domaine des études internationales. La Chaire a été membre institutionnel de la Commission sectorielle, Sciences naturelles, sociales et humaines de la Commission canadienne pour l'UNESCO, en plus d’avoir été un partenaire officiel de la Coalition canadienne des municipalités contre le racisme et la discrimination. 

2014 – Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté

Le Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC), placé sous la direction d'Anne-Marie D'Aoust, professeure au Département de science politique de l’UQAM, s’inscrit dans le prolongement de la Chaire. Le CRIEC poursuivra les objectifs de la Chaire grâce à un solide réseau chercheur, enrichi de nouveaux membres provenant de disciplines et d’universités variées. Il accueillera annuellement des chercheurs postdoctoraux et des stagiaires dont les travaux s’inscrivent dans ses axes de recherche. Il restera, comme la Chaire avant lui, membre régulier de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM), ainsi que membres institutionnel de la Commission canadienne de l'UNESCO et un partenaire officiel de la Coalition canadienne des municipalités contre le racisme et la discrimination. Le Centre est entré en opération le 1er juin 2014, après entérinement par le Conseil d’administration de l’UQAM. Également, jouissant d’une reconnaissance institutionnelle de l’UQAM, son financement est assuré jusqu’en 2017.

Le CRIEC continuera d’héberger l’Observatoire international sur le racisme et les discriminations qui assurera ses activités de veille. 

 

 

 

[Vers le haut]